Témoignage d’Eva

3 août 1988. 20 heures. La terre s’écroule. Sans mettre de gants, une voix implacable annonce à mon mari : « Suite à un accident de camion, votre fils et le chauffeur ont été tués sur le coup ! »

La consternation, les pleurs éclatent autour de moi… Je n’ai pas le droit de pleurer, je dois être forte pour eux… Nous nous rendons sur les lieux de l’accident… La morgue est fermée… Il faudra revenir demain.

Deux heures du matin, nous allons nous coucher, je ne ferme pas les yeux… J’essaie de prier, mais c’est plus fort que moi… Je parle à mon fils : « Pourquoi ne m’as-tu pas attendu, j’aurais pu prier avec toi avant… » Et soudain, comme dans un songe, j’aperçois Yves, il monte une côte, me fait signe et me dit : « Excuse-moi, maman, mais on m’attend ! »

Vendredi 5 août. On nous a ramené Yves à la maison. Je suis là, disant toujours : « Pourquoi tu ne m’as pas attendu ? » Et dans mon cœur, je l’entends, il me répond :

« Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer* ».

Jusqu’au lundi 8 août, jour de son enterrement, cette phrase ne me quitte pas. J’ai vu de nombreux parents ayant perdu leur enfant de façons différentes et j’ai appris à dire :

« Merci Seigneur pour l’enfant que tu m’as donné, il était en bonne santé, ce n’était pas un saint, mais il a toujours été correct avec nous ; il était un petit pinson au milieu de nous. Il connaissait la joie de faire plaisir et de partager… Il aimait la vie ! »

J’ai assisté aux obsèques de notre fils. Tous les membres de notre famille pleuraient ; moi, je chantais. Il me semblait voir les cieux ouverts : Yves chantait et souriait là-haut !

Oui, vraiment, pendant ces jours d’épreuves, je sais que Jésus était à mes côtés. Il m’a montré qu’il s’occupait de notre fils. Je peux donc penser à lui sereinement, il est dans Sa sûre main.

Entre 1988 et jusqu’aujourd’hui, Dieu m’a prouvé qu’Il s’occupait de moi.

En 1993, je fais davantage connaissance avec la Parole. Je m’aperçois vite que je ne sais rien de Lui, ni des richesses qu’Il veut me donner.

1995 : Je demande le baptême.
« Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible. Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ; il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu. Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ; par l’Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts; et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils. Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes. Je crois en l’Église, “une”, “sainte”, “catholique” (= universelle) et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. Amen. »

 *Psaumes 23:1 

| Eva. |

 

Les commentaires sont fermés.