Témoignage de Vincent

Ma première expérience spirituelle eut lieu à l’âge de 15 ans, lors d’un camp à vélo organisé par une fraternité catholique. Jusque là, j’avais cru que Dieu existait ; mais j’expérimentai particulièrement le fait que Dieu serait toujours avec moi et que moi, à l’inverse, je ne serais pas toujours avec lui. C’est-à-dire que j’étais convaincu d’être un pécheur qui n’écouterait pas toujours les paroles de Dieu.

Suite à ce camp, je commençai à lire la Bible et cherchai à vivre une vie intense avec Dieu ; ce que je n’atteignis pas de façon satisfaisante.

À 18 ans, lors d’un camp à vélo organisé par une association évangélique, je rencontrai des personnes qui vivaient cette relation intense avec leur Seigneur, manifestée parfois dans les petites choses du quotidien. Cela m’interpella profondément.

Par la suite, je reçus le livre “Venez à moi” de Tom Wells. Partant de l’évangile de Matthieu, chapitre 11, verset 28 à 30, l’auteur y expose le plan du salut. Lors de cette lecture, je compris que Dieu était mon Créateur, et qu’il pouvait devenir mon Sauveur et mon Seigneur. Pour cela, je devais accepter que Jésus a subit sur la croix la punition qui m’était réservée ; et que désormais, si je le désirais, Il pouvait régner sur ma vie entière. J’acceptai cela.

 Matthieu 11:28-30  : 28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

À l’âge de 21 ans, je participai à un second camp à vélo. Lors de ce dernier, je me rendis compte que si je prétendais avoir donné ma vie à Dieu, il restait néanmoins quelques parcelles que j’avais gardées bien à moi.  J’ai donc été amené à déposer l’entièreté de ma vie devant Dieu et à tout lui confier. Je commençai donc à fréquenter chaque dimanche l’église évangélique baptiste qui était à l’origine de ces camps de jeunesse.

Deux années plus tard, je demandai à faire mon baptême, ayant saisi l’importance de montrer par ce symbole ce que mon Seigneur avait accompli dans ma vie. Lors de la préparation au baptême, une forte opposition de la part de ma famille se développa, au point que je dus quitter la maison familiale (j’étais alors dans la vie active depuis 6 mois). Lors de cette épreuve, j’appris à m’attacher au Seigneur et expérimentai réellement le réconfort qu’Il pouvait procurer, ainsi que le sens des versets suivants :

 1 Pierre 1:6-7  : C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra.

Le Seigneur nous appelant à travailler pour Lui, Je m’engageai dans la vie de l’église locale : organisation de camps, présidences au culte, diaconat. Le Seigneur me bénit aussi richement par le mariage et par la joie de la naissance d’un fils un an et demi plus tard.

En tout cela, je compris combien il importait d’être fortement attaché au Seigneur, et, d’autre part, combien Lui était bon envers ceux qui placent leur confiance en Lui !

 Romains 12:9  : Que la charité soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur; attachez-vous fortement au bien.

| Vincent. |

Vincent

Les commentaires sont fermés.